Vivre ensemble

Règles de vie de la classe et règlement d’école

Règles de vie de la classe : 

Les règles de la classe ne peuvent contrevenir au règlement d’école.

Elles se construisent idéalement au fil des événements dans la vie de la classe et des besoins de régulation qui peuvent apparaître. Elles peuvent être conçues, évaluées et ajustées dans le cadre du conseil de coopération (cfr. Point H)

Certaines règles ne vaudront que pour une activité précise (sortie de classe, rencontre, projet particulier…). Le groupe définit d’abord les conditions de réussite de l’activité et ensuite les comportements à adopter par tous pour accéder à cette réussite. Après l’activité, le conseil de coopération évalue la pertinence des règles et l’engagement de chacun à la mettre en œuvre (= temps des félicitations, des critiques et de l’ajustement).

Règlement d’école :

Règlement d’école : http://www.ecolemarcelthiry.be/download/documents_officiels/reglement-decole-21-22.pdf

Réflexions qui ont fondé notre règlement d’école : http://www.ecolemarcelthiry.be/download/pour_prolonger_la_reflexion/reflexions-fondatrices-de-notre-reglement.pdf

Il énonce les obligations et interdits à l’école de même qu’il définit et quantifie les différentes sanctions encourues en cas de transgression.
Il a été rédigé à partir des indications des élèves et de l’équipe éducative.
Il est d’application à partir de la première année primaire. Les classes du degré inférieur adaptent sa présentation (photographies pour soutenir le texte, panneaux muraux) tous les trois ans.

Dans une école, un règlement porte des valeurs éducatives:

Un règlement a du sens s’il répond à notre besoin de vivre en harmonie avec les autres. En nous interdisant certaines actions il nous donne le droit de mieux vivre ensemble. Ainsi devoirs et droits n’ont pas à être opposés puisque les premiers garantissent l’existence des seconds.

Une sanction doit être éducative. Elle doit d’abord être une parole qui aide à comprendre le sens de la règle, elle doit ensuite si possible permettre de réparer « les dégâts » et de retrouver notre place parmi les autres, sans être humiliante.

Conseil de coopération et conseil d’école

 […] « l’éduquer à » n’a rien empêché, toutes les horreurs commises partout l’ont bien été par des « éduqués à », dans l’indifférence ou la complicité d’autres « éduqués à » ou convaincus d’avoir été « éduqués à ». […]  Ce que l’école doit contribuer à développer au plus loin pour chacun, ce sont les outils […] qui créent des représentations permettant l’appréhension, la compréhension et l’agir […]  Ces outils ne dépendent pas de la transmission, de l’éduquer à : comme celui qui permet la parole, ils se construisent dans l’interaction avec l’environnement physique et social, dans l’interrelation, dans le tâtonnement expérimental. Autrement dit, ils se construisent dans la vie, […]

Bernard Collot, Sortir du piège du « éduquer à »

http://education3.canalblog.com/archives/2015/01/13/31308268.html

 

Les conseils de coopération et d’école sont à des niveaux différents deux outils qui doivent permettre aux élèves d’expérimenter une parole agissante dans un climat coopératif.

 

Conseil de coopération

Organisation directement inspirée par le mouvement Freinet et la pédagogie institutionnelle

En cours de développement dans les classes volontaires

Objectif 3 du contrat d’objectifs

Définition : « Réunion de tous les enfants de la classe avec l’enseignante, où ensemble et en cercle, on gère la vie en classe, ce qui va bien et ce qui ne va pas, soit : l’organisation de la vie en classe, du travail, des responsabilités, des jeux, les relations interpersonnelles, les
projets
. »

(N Danielle (1994). Le conseil de coopération :

Un outil pédagogique pour l’organisation de la vie de classe et la gestion des conflits. Montréal : Les éditions de la Chenelière, p.4.)

Objectifs : « le conseil de coopération sert à développer des habiletés sociales, à faire l’apprentissage des droits collectifs et individuels. Il vise à responsabiliser les élèves face à leur vie de classe et à leurs apprentissages sociaux et académiques. Ce faisant, il crée un climat de respect, de démocratie et de coopération en classe. Ce n’est pas un tribunal, mais un lieu de résolution de problèmes où l’on vit dans le respect mutuel. »

https://www.icem-pedagogie-freinet.org/sites/default/files/conseildecooperation.pdf

Si le conseil de coopération évoque des situations qui sortent du seul cadre de la classe (projet d’aménagement d’espaces communs, proposition d’amendement au règlement d’école…), elles sont déposées et débattues dans le cadre du conseil d’école.

Conseil d’école

Le conseil d’école est un rassemblement d’élèves de P1 à P2 et de P3 à P6 qui représentent chacun/e leur classe.

Il est un organe de réflexion, de concertation et de décision sur tout sujet déposé par une classe et relatif à la vie en commun au sein de l’école :

  • aménagement des cours de récréation ;
  • gestion de cohabitation entre les classes, les cycles, etc ;
  • gestion, projets autour des lieux partagés ;
  • gestion, vérification, aménagement des charges au service de la collectivité ; Chaque classe de la section primaire assure, pour une période donnée, une ou plusieurs tâches au service de la qualité des espaces et des temps de vie partagés : organisation de la propreté dans les cours, sensibilisation au bon usage des toilettes, redistribution des objets trouvés, organisation du tri des déchets, service au réfectoire, activation de la boîte à jouer…
  • travail autour du règlement d’école pour évaluer la concordance avec le vécu des élèves ;
  • etc.

Deux représentants/es de chaque classe amènent au conseil des propositions, projets, questions, problèmes. Quand aucun point n’est amené par aucune classe, le conseil d’école peut travailler sur une thématique fil rouge (ex : le règlement d’école) ou sur une prolongation d’un chantier déjà entamé.

Le conseil d’école est scindé en deux, celui du P1-P2 et celui du P3-P4-P5-P6.
Le roulement des délégués peut être intégré aux métiers de la classe.
Pour le conseil du P1-P2, chaque représentant/e amène un compte rendu écrit de ce que sa classe veut transmettre + éventuellement la présence d’un/e élève de 6ème qui aurait été invité/e en qualité de porte-parole.

Le conseil d’école se réunit 8 fois par an sous la houlette du coordinateur de l’accueil extrascolaire de l’école.

Médiation par les pairs

Icon of La Médiation Théorie La Médiation Théorie (33.0 KiB)

Certains élèves du degré supérieur deviennent, après formation et sous supervision, des personnes-ressources pour faciliter la gestion de conflits entre élèves.
L’élève médiateur n’est ni juge, ni arbitre ; il est neutre, il a pour but de tenter de comprendre ce qui se passe et d’aider les 2 parties en conflit à trouver une ou des solutions qui satisferont  au mieux tout le monde.

Pour ce faire, le médiateur va d’abord écouter puis il va tenter de comprendre ce qui se passe, il va essayer de permettre à chacune des parties d’exprimer ce qu’il ressent. A partir de là, il va proposer de renouer le dialogue en demandant à chaque partie de proposer une ou des solutions. Le médiateur aidera à la négociation du choix de la ou des solutions et à la mise en application de ce choix. La médiation prend fin quand le médiateur arrive à un accord avec les 2 parties.

La médiation à l’école poursuit des objectifs éducatifs majeurs :

  • elle évite la frustration qui nourrit la vengeance ;
  • elle est une alternative apaisante comme seul peut donner le sentiment d’une justice attentive et respectueuse ;
  • elle crée du lien plutôt que de renvoyer dos à dos ;
  • elle valorise la parole plutôt que le passage à l’acte ;
  • elle éclaire les protagonistes de leurs mondes intérieurs respectifs ;
  • elle est un processus de création plutôt que de soumission ;
  • elle ne remplace pas la loi, elle ouvre un espace de réflexion et de changement dans le cadre légal.

 

Formation des médiateurs :

  • En début d’année, un film qui montre une séance de médiation réalisée à l’école est projeté à tous les élèves de 5ème année. Ils auront l’occasion d’y voir les séquences d’une séance de médiation, le rôle du médiateur, les valeurs qui étayent la médiation, … Les élèves de 6ème formés à la médiation ainsi que les formateurs sont présents pour répondre aux questions des élèves ainsi que pour commenter et détailler certaines séquences de la situation filmée.
  • Suite à la projection du film, seuls les volontaires suivent une formation aux techniques de médiation qui leur permettra d’animer sous la supervision d’un adulte une médiation avec des élèves en conflit.
  • La formation est assurée par des membres de l’équipe de l’accueil extra-scolaire.
  • Elle est ouverte aux volontaires de l’équipe de l’accueil extra-scolaire et aux enseignants.

Organisation des séances de médiation :

  • Les élèves médiateurs sont invités à remplir leur fonction jusqu’à ce que de nouveaux médiateurs soient formés. Ils peuvent, s’ils le souhaitent, exercer leur rôle jusqu’à la fin de la 6ème année.
  • Les médiateurs informent leurs condisciples de toute la section primaire du service qu’ils mettent à leur disposition.
  • Les demandes de médiation sont adressées oralement à un adulte de l’équipe éducative ou à un des médiateurs.
  • Les médiateurs s’assurent de la volonté des deux parties en conflit d’entamer une médiation. Ils leur fixent alors un rendez-vous.
  • Une séance équivaut à une médiation. Un membre de l’équipe éducative, formé à la médiation, supervise obligatoirement toute séance.
  • L’évaluation des capacités et de l’engagement de chacun des médiateurs est confiée aux superviseurs des séances. Si l’écartement d’un médiateur doit être envisagé, il doit préalablement être avalisé par la direction de l’école.