Introduction

Finalités éducatives

Le changement apparaît comme une des données fondamentales de la société dans laquelle s’engagent nos enfants. Il ne s’agit plus de faire découvrir à l’enfant un milieu considéré comme donné avec lequel il doit nouer des rapports figés, mais de l’inviter à l’explorer, le construire et y agir pour y trouver sa place. Dans cette société en mutation, l’école doit accorder une attention particulière aux besoins sociaux et développer l’aptitude à faire face et à participer aux réalités de la vie.

L’éducation doit viser l’épanouissement global de l’enfant dans l’exploration, la rigueur et le travail. Il s’agit de l’amener à construire des apprentissages qui renforceront savoirs, découverte et affirmation de soi, esprit d’autonomie et sens des responsabilités.

L’équipe éducative poursuit également l’édification de l’école sur la voie de la démocratie en étant attentive aux droits et devoirs de chacun dans un contexte de valorisation personnelle, de reconnaissance des différences comme richesses ajoutées et de solidarité.

L’acquisition d’une « culture lettrée » exigeante qui dégage le sujet de l’utilitarisme immédiat et déplace son intérêt vers les enjeux plutôt que sur le bénéfice à court terme permet à toute personne d’accéder à une posture lucide, critique et interactive par rapport à l’ensemble des situations dans lesquelles elle est susceptible de se trouver.

Philippe Meirieu

L’école, le numérique et la société qui vient (ouvrage collectif)

Editions Mille et une Nuits 2012, p.62

A l’origine de toute conquête, il y a, non la connaissance, qui ne vient normalement qu’en fonction des nécessités de la vie, mais l’expérience, l’exercice et le travail.

Toute méthode est regrettable qui prétend faire boire le cheval qui n’a pas soif. Toute méthode est bonne qui ouvre l’appétit de savoir et aiguise le besoin puissant de travail.

Célestin Freinet

TEXTE N° 9 Les Dits de Mathieu

 Delachaux et Niestlé, 1978

Moyens utilisés :

Les démarches pédagogiques que nous menons s’inscrivent dans le cadre légal établi par le décret « Missions » de la Communauté française définissant les missions prioritaires de l’Enseignement fondamental et organisant les structures propres à l’atteindre ; le programme d’étude du Conseil de l’Enseignement de l’Union des villes et des Communes de Belgique ; les projets, éducatif et pédagogique, adoptés par la Commune de Chaudfontaine.

  

Sur la voie de la pédagogie active 

La pédagogie active invite à une refonte radicale des pratiques d’enseignement et redéfinit en profondeur les liens pédagogiques entre tous les acteurs de l’école. Cet appel au changement fondamental est une construction permanente, pas à pas, en équipe et dans le respect de chacun. La pédagogie active n’est donc pas un modèle, et encore moins un ensemble de techniques, mais une voie à tracer.

 

  • « La pédagogie active favorise le développement socio-moral au sein d’une atmosphère de coopération dans la classe qui influence simultanément le développement intellectuel, social, moral et celui de la personnalité »
    (Rheta De Vries, L’éducation constructiviste à l’école maternelle et élémentaire : l’atmosphère socio-morale, premier objectif éducatif, In : Revue française de pédagogie. Volume 119, 1997. p71)

    La valorisation personnelle, la reconnaissance des différences comme richesses ajoutées et la coopération sont les valeurs premières de la pédagogie active. L’école prend son sens lorsque la classe partage le projet de construire ensemble les conditions de réussite de tous.

  • La pédagogie active est une pédagogie socio-constructiviste :
  • L’apprentissage est un acte social qui conduit à la transformation des représentations mentales des élèves.
    Il ne se construit que s’il y a interaction sociale et plus précisément conflit sociocognitif, qui se caractérise par une coopération active avec prise en compte du point de vue d’autrui et recherche d’un dépassement des différences et contradictions pour parvenir à une connaissance commune.
  • La pédagogie active a pour but de rendre l’élève acteur de ses apprentissages, afin qu’il construise ses savoirs à travers des situations de recherche ; il observe, questionne, associe, émet et vérifie des hypothèses, résout des problèmes.
    L’enseignant a le rôle de concevoir des situations signifiantes, qui impliquent les élèves et qui vont leur permettre de construire leurs connaissances en interaction en dehors de toute compétition. Elles sont le plus possible ancrées dans la réalité de la vie de la classe (une lecture, un écrit, un événement interne ou externe à la classe, un projet, un jeu de rôle…)
  • Dans un système classique d’enseignement, les condisciples n’ont pas forcément besoin les uns des autres pour progresser et l’évaluation les hiérarchise, voire les met en compétition, sur une échelle entre ignorant et savant sur la seule base de leur production respective.
    L’évaluation à l’œuvre en pédagogie active doit être cohérente avec les valeurs éducatives qu’elle porte. Elle doit donc renseigner utilement l’élève, l’enseignant et les parents, le premier pour mieux apprendre, le deuxième pour mieux enseigner et les troisièmes pour mieux accompagner. Dans cette perspective, elle doit qualifier et non disqualifier, elle ne se contente pas de vérifier les connaissances mais interroge le processus d’apprentissage dans toute sa complexité.
    Le chapitre I de ce projet d’établissement détaille le système d’évaluation à l’œuvre dans notre école.

Un regard global 

Nous organisons un enseignement qui veut tenir compte du développement de plusieurs facettes essentielles de la personnalité de l’enfant.

On pourra parler de globalité si les domaines d’activités ne sont pas systématiquement cloisonnés. Ainsi, une activité d’éveil scientifique peut être l’opportunité d’interroger en français la construction d’un texte à caractère scientifique. Une visite de musée en maternelle ouvre des perspectives en graphisme, et en primaire interroge un moment de l’histoire de l’art…

Dans la section maternelle, les observations des élèves en classe comme en salle de psychomotricité font l’objet d’échanges de vue et d’objectifs entre titulaires et maîtres spéciaux de psychomotricité.

Une éducation plus globale doit permettre aux élèves de développer et de valoriser des compétences d’initiative et de créativité.

Les fréquentes rencontres que font nos élèves avec des acteurs du monde artistique, social, voire économique, les invitent à être curieux d’un monde plus large que celui défini par les murs de l’école.

Le contrat d’objectifs (1er contrat = de sept 2019 à juin 2026)

Chaque école est liée par un contrat (plan de pilotage) dans lequel elle fixe des objectifs et des actions pour y répondre en vue d’améliorer son enseignement.

Notre équipe s’est assigné cinq objectifs spécifiques qu’elle poursuit à travers un certain nombre d’actions en partie initiées depuis septembre 2019.

Notre contrat d’objectifs s’inscrit dans le développement de pratiques collaboratives au sein de l’équipe et, pour quatre d’entre eux, poursuit notre engagement sur la voie d’une pédagogie active.

  1. Objectif 1 : poursuivre un enseignement commun pour un apprentissage des outils au service de la langue de la première à la sixième année primaire basé sur l’observation du fonctionnement de la langue. C’est cette observation systématique qui fait apparaître progressivement les outils (grammaire, orthographe, conjugaison) et les rend indispensables à la compréhension et à l’expression de la langue écrite.
  2. Objectif 2 : développer dans les classes volontaires un enseignement des mathématiques essentiellement à partir d’événements de classe (quoi de neuf, vécus, sorties, créations ou recherches mathématiques, constructions).
    Méthode naturelle d’apprentissage inspirée par le mouvement de pédagogie Freinet
  • Objectif 3 : Installer dans chaque classe volontaire le conseil de coopération afin de vivre au quotidien la coopération et les principes démocratiques, notamment en construisant ensemble des solutions aux conflits et défis propres à la vie de la classe.
    Démarche inspirée par le mouvement de pédagogie Freinet
  1. Objectif 4 : Soutenir la recherche par les enseignants de solutions pérennes face à des situations problématiques qu’ils peuvent rencontrer avec leurs élèves (difficultés d’apprentissage, gestion des comportements) par la mise en place d’un groupe participatif d’analyse des pratiques professionnelles.
  2. Objectif 5 : Aménager les espaces et l’organisation des déplacements dans certaines zones de l’école afin de réduire les nuisances sonores.